Après un bel été, la nostalgie peut prendre une place importante dans notre vie et l'on en vient à se remémorer les bons moments passés entre amis au bord de la plage, d'une table, autour comme à notre habitude d'une bonne bouteille...

Je ne vous demande pas ce que vous avez pu boire cet été car la réponse sera bien sur composée de 70% de ROSÉ. Idéal pour accompagner les salades et les barbecues, le rosé a l'avantage comme l'inconvénient d'être une boisson estivale et même si le monde viticole voudrait aujourd'hui changer cette image, je ne pense pas voir beaucoup de gens cet hiver accompagner leurs daubes et pots-au-feu avec le rosé!

WP_000047

Bref nous voici revenu au point de départ. comment se fait le rosé? c'est pas compliqué, il y a deux méthodes: le rosé de presse et de saignée. Pour le rosé de presse, le but est d'obtenir une couleur claire, en laissant le moins possible le jus du raisin au contact de la peau (cette dernière donnant la couleur au vin!) les raisins sont donc assez rapidement pressés après avoir été vendangés. -> très clairs, ces "Gris" ont la particularité d'être très buvables, c'est le produit en vogue ces dernières années.
Nous avons donc aussi le rosé de saignée qui se veut plus "noble" permettant une plus longue garde grâce aux fameux tanins. La méthode est sensiblement la même que pour le vin rouge, mis à part que le jus situé sous le chapeau de marc est soutiré plus tôt afin de laisser une belle couleur et des arômes plus prononcés...

Maintenant que vous êtes calés en rosé; vous comprenez que c'est une production importante: la France dépasse les 6,5 millions d’hectolitres de vin rosé en 2010 et beaucoup des ventes ne se jouent rien que sur la couleur du produit...Alors le rosé, Vin Marketing? Le rosé a - t-il sa place aux côtés du blanc et du rouge sur nos tables ou doit-il rester dans la cave en attendant Le mois de Mai prochain? Habile celui qui tentera de répondre. Ceci dit si j'en suis ici c'est que l'on m'a fait découvrir récemment un BON rosé! n'étant pas fan des rosés en général car les notes de souffre étant souvent plus présentes que celles de framboise, fraise ou autres, je suis resté là à déguster, finir mon verre... puis la bouteille!

Voici donc la bouteille en question: Le Côtes de Provence "Corail" du Château de Roquefort. très fin et léger et partant plus sur une couleur saumonée, ce rosé est à déguster; bien entendu et comme tous ses confrères FRAIS !
Au nez, on sent l'été, agrumes et fruits rouges s'entrechoquent pour ne laisser en bouche qu' une présence de groseille, cerise... toutes ces baies se déposent sur les papilles en vue de l'entrecôte qui cuit sur le grill. Pas moins de six cépages sont nécessaires pour arriver à ce résultat (Grenache, Syrah, Cinsault, Carignan, Clairette, Rolle) le tout en BIO s'il vous plaît. Un rosé qui vous accompagnera donc tout au long de plats légers et frais et de votre été en général.

Pour ce qui est de la musique, on se remémore là aussi les soirées guinguettes alcoolisées de vin avec un bon swing sous la bise fraîche d'un coucher de soleil du mois de Juillet. On va donc parler d'un groupe, d'un homme... Parov Stelar. Présent sur les scènes depuis 1998 seul, puis accompagné par 4 bonhommes formant le Parov Stelar Band, c'est dans la joie et la bonne humeur que le remixeur, compositeur, producteur de son vrai nom Marcus Füreder nous envoie dans l'espace avec un jazz-electro-disco-swing dont lui seul connaît la recette. C'est sur le titre Catgroove que je vous laisse déguster, tiré de l'album Coco (2009)

Le passé est soldé, le présent vous échappe, songez à l'avenir.